Arbres tropicaux / Tropical trees

Culture des arbres tropicaux, subtropicaux et des plantes exotiques / Cultivation of tropical and subtropical trees
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le Cyprès de Duprez, une espèce en voie de disparition

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Le Cyprès de Duprez, une espèce en voie de disparition   Mar 21 Fév 2012 - 0:31

Bonjour à toutes et à tous

Je vais vous parler aujourd’hui d’une espèce botanique en voie de disparition, le cyprès de Duprez ou cyprès du Tassili, nommé par les anglophones « Saharan cypress ». Localement, on le nomme "Tarout", mot tamahaq ou tamashek (langue Touareg) qui signifie « Arbre de la soif ».

Le nom Cupressus vient du latin où il désigne le genre, venant du grec "kuparissos" qui désigne l'espèce, un mot qui pourrait avoir une origine sémitique; certains auteurs pensent que cela viendrait plus tôt de Cyprus qui indique l'origine Chypriote du cyprès toujours vert Cupressus sempervirens et dupreziana parce qu'il est dédié à l'officier français Duprez, qui le découvrit dans le Hoggar. La première description de l'espèce a été effectuée en 1926.

Le Cupressus dupreziana (A. Camus, synonyme Cupressus lereddii, H. Gaussen.), est un arbre de la famille des Cupressacées, est l’un des arbres les plus rares du monde, il s’agit d’un cyprès du Sahara algérien en voie de disparition, car il semblerait que sa reproduction in natura n'est apparemment plus possible au Tassili n'Ajjer en raison de problèmes de consanguinité, (Cet arbre est considéré comme une espèce en danger de disparition et figure dans la liste rouge de l'UICN).

Cet arbre est endémique du massif montagneux du Tassili des Ajjers, dans le centre du Sahara et dans le sud-est du territoire algérien. Il y forme un peuplement unique et isolé, à des centaines de kilomètres de tout autre arbre (de même genre). Il n'y avait en 2001 que 233 spécimens de cette espèce très menacée, le plus grand ayant dans son milieu d'origine, 22 m de haut pour une circonférence de 12 m. D'après les derniers relevés, il existe deux aires connues où ne surviveraient plus que 210 pieds au sud-est du plateau des Ajjers, entre 1200-1700 m d'altitude (Oued Ahloun et oued Tamghit) et dans le Hoggar sur la piste Tazrout-Ti'n Tarabine.

On dit que la majorité de ces arbres sont très anciens, on estime qu'ils ont plus de 2000 ans, et il y a très peu de régénération du fait de la désertification croissante du Sahara. La pluviométrie totale dans cette région est d'environ 30 mm par an. En 1998, des agents du Parc National du Tassili ont trouvé au Tassili même, deux jeunes arbres issus de germination spontanée.

Il fut introduit en 1960 dans le Midi de la France, dans plusieurs jardins botaniques, dont le Jardin des plantes de Montpellier où vous pouvez en admirer 7 exemplaires à l'ouest de la façade de l'Institut botanique, tous proviennent de graines d'un unique pied du Hoggar. Le plus beau sujet en 2002 mesurait 20 m de haut pour une circonférence de 1,72m.

Vous pouvez aussi en voir à l'Arboretum des Barres, au jardin botanique des Montagnes noires en Bretagne, Jardin de la Villa Thuret à Antibes. En Italie, au jardin botanique de Parme. En Grande-Bretagne, au Royal Botanic Garden de Kew (Londres).

Ce genre comprend une vingtaine d'espèces, dont deux sont originaires de l'Europe, les autres sont originaires d'Asie (Chine occidentale et chaîne de l'Himalaya), d'Afrique du Nord, d'Amérique Centrale et de l'ouest des États-Unis.

Cette espèce est reconnue comme une espèce distincte, dénommée Cupressus dupreziana, bien que quelques botanistes l'aient traitée comme une variété du Cupressus sempervirens : C. sempervirens var. dupreziana (A.Camus) Silba. Un article a aussi suggéré qu'il puisse être placé dans un genre séparé, comme Tassilicyparis dupreziana (A.Camus) A.V.Bobrov & Melikyan (Bobrov & Melikyan, Komarovia 4: 72, 2006), mais ce nouveau genre n'a pas été largement reconnu.

Cette espèce se distingue de Cupressus sempervirens (le cyprès commun) par la couleur bleue de son feuillage, avec une tache blanche de résine sur chaque feuille, et des rameaux plus courts, souvent aplatis dans un seul plan. Elle porte également des cônes plus petits, de 1,5 à 2,5 cm de long. Le cyprès du Maroc (Cupressus atlantica) est plus ressemblant et certains auteurs le considèrent comme une variété (Cupressus dupreziana var. atlantica) du cyprès du Tassili.

Arbre à croissance lente dont l'écorce brun-rouge qui en vieillissant vire au gris-brun et s'écaille, au port fastigié (de même port que le cyprès d'Italie lorsqu'il est en situation protégée), au feuillage persistant, vert bleuté. feuilles courtes faisant corps avec le rameau. Ses cônes mâles sont de couleur jaunâtre. Les graines de pollen sont de plus grande taille que celles des autres espèces de Cyprès. Les cônes femelles ou galbules oblongues, ligneuses, avec 10-12 écailles, verts puis bruns à maturité, semblables à ceux de Cupressus sempervirens, contenant 60 à 70 graines ailées arrivant à maturité en deux ans.

Sa reproduction est très particulière. Cet arbre présente une particularité notable. Sa graine ne se développe qu'à partir du grain de pollen, la partie femelle ne sert qu'à nourrir la graine. En effet, le pollen est capable de se développer seul sans fécondation pour redonner un embryon. Les tissus de l’ovule ne sont mis à contribution que pour stocker les réserves. Encore plus étonnant, le pollen réussit à former un embryon viable dans l’ovule d’une autre espèce, le cyprès méditerranéen. On en a fait germer dans certains parcs méditerranéens afin de sauver l'espèce.

Au plan scientifique, on qualifie ce type de reproduction spécifique de type asexuée, apomictique, (c'est à dire capable de produire un embryon diploïde sans fécondation et il y a doublement des chromosomes d'un seul gamète).

Résultat probable de son isolement et de son faible effectif, le cyprès du Tassili a évolué vers un système de reproduction unique d'apomixie mâle dans lequel la graine se développe entièrement à partir du contenu génétique du pollen. Il n'y a aucun apport génétique de la part du « parent » femelle, qui ne fournit que les substances nutritives. (Pichot et al., 2000). Le cyprès du Maroc ne partage pas cette caractéristique.

Cette particularité a été mise en évidence en 2000 par Christian Pichot et son équipe (chercheur à l'unité de recherche forestière méditerranéenne de l'Inra d'Avignon) qui actuellement produisent des plants grâce à une "mère porteuse", Cupressus sempervirens , ses "descendants" sont identiques au pied mâle, dans leurs caractères morphologiques. Il s'agit donc, d'une adaptation qui n'avait jamais été observé chez les plantes "apomixie paternelle".

Le cyprès du Tassili est parfois cultivé dans les régions occidentales et méridionales de l'Europe, en partie dans un but de conservation génétique ex situ, mais aussi comme arbre ornemental.


Dernière édition par Séquoia le Mar 21 Fév 2012 - 13:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jean06
Expert
avatar

Nombre de messages : 1283
Age : 70
Localisation : Côte d'Azur entre Monaco et Menton
Date d'inscription : 07/01/2005

MessageSujet: Re: Le Cyprès de Duprez, une espèce en voie de disparition   Mar 21 Fév 2012 - 7:38

La prochaine fois que je passe au jardin Thuret, je demanderais à ce qu'on me le montre.
Très intéressant ce que tu racontes.

_________________
Spécialiste en plantes tropicales, je fais en permanence des essais d'acclimatation dans mon jardin laboratoire, au bord de mer entre Menton et Monaco.
Revenir en haut Aller en bas
http://monsite.wanadoo.fr/gatu.jardin.photos
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Cyprès de Duprez, une espèce en voie de disparition   Mar 21 Fév 2012 - 13:26

Hello Jean,

Profites-en car l'espèce est quasi éteinte.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Cyprès de Duprez, une espèce en voie de disparition   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Cyprès de Duprez, une espèce en voie de disparition
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Cyprès de Duprez, une espèce en voie de disparition
» Le tigre du Bengale, en voie de disparition
» Fauve de méhaigne ( poule en voie de disparition )
» Des cellules souches créées à partir de la peau d'animaux en voie de disparition
» Thaïlande: des milliers d’animaux en voie de disparition saisis à la douane.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arbres tropicaux / Tropical trees :: Les arbres / Trees :: Cupressaceae-
Sauter vers: