Arbres tropicaux / Tropical trees
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Arbres tropicaux / Tropical trees

Culture des arbres tropicaux, subtropicaux et des plantes exotiques / Cultivation of tropical and subtropical trees
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 il faut sauver mon mauguier!

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



il faut sauver mon mauguier! - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: il faut sauver mon mauguier!   il faut sauver mon mauguier! - Page 3 EmptyVen 10 Fév 2012 - 21:58

Hello,

La réponse est simple. Les végétaux (comme les animaux, dont l'espèce humaine qui est bien la seule à se croire supérieure) ont besoin d'un équilibre entre macro-nutriments et micro-nutriments.

Pour les végétaux, les macro-nutriments sont l'azote, le phosphore et le potassium, les micro-nutriments sont le fer, le magnésium, le calcium, le bore le manganèse.

Cet arbre est carencé en luminosité du fait de la latitude de la France par rapport à son aire d'origine. Il fait une chlorose ferrique. Mais comme le sol est uniquement composé de matière organique sans calcaire, la chlorose ferrique se double de chlorose magnésienne, (les tâches au revers des feuilles). L'eau d'arrosage est trop calcaire pour le stock de magnésium.

Deux solutions :

Soit Mat place son arbre 18 heures par jour sous lampe horticole plein spectre, brumisateur sec et apporte de l'azote (l'arbre se débrouillera tout seul en synthétisant l'azote avec la lumière, maintenant que les stomates aquifères sont redevenus fonctionnels sous l'effet de la thiamine contenue dans la bière), soit il rétablit l'équilibre en oligo-éléments. Fer, puis magnésium-calcium.

Je joins deux articles sur les engrais et les oligo-éléments à la suite :

I - Composants chimiques des substances nutritives

Ainsi que nous l’avons vu, les végétaux se comportent comme de véritables usines chimiques miniatures, en se nourrissant d'éléments minéraux présents dans la terre. Pour cela, les racines tirent les substances nécessaires sous forme liquide et les envoient aux parties aériennes. Puis, les feuilles avec l'aide de la chlorophylle, vont transformer ces éléments minéraux liquides, en éléments organiques assimilables.

De nombreux éléments interviennent au cours de cette transformation, parmi lesquels :

• l'azote – (N) : Elément principal de toute l'alimentation des végétaux. Dans le sol, l'azote se présente sous les formes organiques (décomposition de matières vivantes), ammoniacales (stade entre la décomposition et la minéralisation) et nitriques (déjà liquide). L'azote gazeux quant à lui (71 % de l'air que nous respirons) ne peut être assimilé que par les légumineuses, mais non par les plantes ligneuses. Il permet aux tiges de se développer, aux feuilles de pousser. L’azote est toutefois difficilement assimilé par la terre et doit donc être apporté de manière fréquente, en petites quantités. L’excès d’azote est préjudiciable aux végétaux et risque de les fragiliser. Les manifestations les plus fréquentes sont un développement trop rapide des parties aériennes (feuilles et tiges), un allongement des entre-nœuds qui est l’effet inverse de celui recherché par tout bonsaika. On trouve de l'azote dans le sang séché, dans les tontes de gazon ou dans le purin d'orties. Sous forme chimique (ion NO3- dit « nitrate »), il est particulièrement soluble dans l'eau, et peut alors être à l'origine de pollution azotée, (phénomène de lessivage, lié la forte solubilité des nitrates dans l'eau).

• l'acide phosphorique – (P) : lequel a deux actions principales : le développement du système racinaire et la floraison, dont le phosphore est le principal élément. C’est aussi un facteur important de la résistance des végétaux aux attaques cryptogamiques et bactériennes. Pour être assimilable, l’apport de phosphore doit être rendu soluble. L'humus, par ses acides organiques, va opérer cette transformation. Le phosphore se retrouve dans la poudre d'os ou dans les fientes. En excès, il est un facteur d'eutrophisation de l'eau. Les engrais phosphorés chimiques peuvent contenir des radio-nucléides et du cadmium résiduel.

• le potassium – (K) : cet élément joue un rôle essentiel dans la fructification. C'est lui qui va donner du goût aux fruits, en favorisant l'accumulation des sucres. Les végétaux l'assimilent sous forme de potasse. Celle-ci va renforcer également la résistance de la plante aux maladies mais son action est surtout efficace pour renforcer la rigidité des tiges. Si le sol est de type argileux, la potasse sera naturellement présente naturellement et très vite assimilée en raison de son caractère soluble. Le potassium se trouve dans la cendre de bois, qui peut par ailleurs contenir des métaux lourds, ou des radionucléides dans certaines régions.

• des éléments secondaires : calcium (Ca), soufre (S), magnésium (Mg), élément de base de la chlorophylle, permettant à la plante d'effectuer les transformations chimiques des éléments nutritifs,

• les oligo-éléments : essentiels à la vie, humaine et végétale. On regroupe sous ce terme des substances présentes en très faibles quantités dans le sol et qui permettent aux végétaux de se développer. Sans ces substances, et malgré l'apport de matières fertilisantes, la plante dépérit par carence. Ils sont nombreux à avoir une action indispensable, parmi lesquels, le :

- bore (B), qui permet un accroissement de la cellulose des formes arbustives de végétaux et la fabrication des sucres associé au potassium
- chlore (Cl),
- cobalt (Co),
- cuivre (Cu), qui va faciliter l’absorption de l’azote
- fer (Fe), sans lequel les plantes ont du mal à synthétiser la chlorophylle
- manganèse (Mn),
- molybdène (Mo), qui aide à l'assimilation de la potasse
- silicium (Si).
- sodium (Na),
- vanadium (V)
- zinc (Zn), qui favorise le développement des végétaux.

A cela, pour être complet, il faut ajouter le rôle important des vitamines et notamment de la vitamine B1 et de la vitamine B6 permettant l’absorption du magnésium.


II - Composition des engrais

Les engrais peuvent être de trois types: organiques, minéraux et organo-minéraux.

• Engrais organiques : Les engrais organiques sont généralement d'origine animale ou végétale. Ils peuvent aussi être synthétisés, comme l'urée. Les premiers sont typiquement des déchets industriels, tels que des déchets d'abattoirs : sang desséché, corne torréfiée, déchets de poissons, boues d'épuration des eaux. Ils sont intéressants pour leur apport en azote à décomposition relativement lente, et pour leur action favorisant la multiplication rapide de la microflore du sol, mais n'enrichissent guère le sol en humus stable. Les seconds peuvent être des déchets végétaux: résidus verts, compostés ou pas, et ils peuvent être constitués aussi de plantes cultivées spécialement comme engrais vert, ou préparées dans ce but, comme le purin d'ortie ou les algues. Ce sont aussi des sous-produits de l'élevage, tels que les fumiers, composés pour la plupart de litière végétale et de déjections; celles-ci ne sont pas des matières animales, mais des végétaux plus ou moins digérés : lisier, fientes. Le principe de l'engrais vert reprend la pratique ancestrale qui consiste à enfouir les mauvaises herbes. Elle s'appuie sur une culture intercalaire, enfouie sur place. Quand il s'agit de légumineuses, telles que la luzerne ou le trèfle, on obtient, en plus, un enrichissement du sol en azote assimilable, car leur système radiculaire associe des bactéries, du genre Rhizobium, capables de fixer l'azote atmosphérique. Pour rendre cette technique plus efficace, on sème les graines avec la bactérie préalablement associée.

• Engrais minéraux : Les engrais minéraux sont des substances d'origine minérale, produites par l'industrie chimique, ou par l'exploitation de gisement naturels de phosphate et de potasse. L'industrie chimique intervient surtout dans la production des engrais azotés, passant par la synthèse de l'ammoniac à partir de l'azote de l'air, moyennant un apport important d'énergie, fournie par le gaz naturel (cette synthèse produit également l'hydrogène). De l'ammoniac sont dérivés l'urée et le nitrate. Elle intervient également dans la fabrication des engrais complexes, qui sont constitués de sels résultant de la réaction d'une base avec un acide. Les engrais composés peuvent être de simples mélanges. On distingue les engrais simples, ne contenant qu'un seul élément nutritif, et les engrais composés, qui peuvent en contenir deux ou trois. L'appellation des engrais minéraux est normalisée, par la référence à leurs trois composants principaux : NPK. Les engrais simples peuvent être azotés, phosphatés ou potassiques. Les engrais binaires sont notés NP ou PK ou NK, les ternaires NPK. Ces lettres sont généralement suivies de chiffres, représentant la proportion respective de ces éléments. Les engrais chimiques produits industriellement contiennent une quantité minimale garantie d'éléments nutritifs, et elle est indiquée sur le sac ou la bouteille.

• Engrais organo-minéraux : Les engrais organo-minéraux résultent du mélange d'engrais minéraux et d'engrais organiques. Les matières organiques azotées représentent généralement 25 à 50 % des produits finis. Les autres constituants du fertilisant, sels simples et minéraux, apportant N. P. K. sous des formes appropriées, sont dilués dans les matières organiques.


III – Les catégories d’engrais

• Les engrais chimiques modernes : ils constituent la majorité des produits disponibles. Souvent des oligo-éléments sont ajoutés. On en trouve également avec des insecticides ou des produits désherbants sélectifs. Ces fertilisants vont aussi se décliner en plusieurs catégories selon l'effet désiré. Certains seront employés lors des rempotages (forte teneur en phosphore et en potasse) et diffuseront lentement les éléments nutritifs selon plusieurs facteurs (humidité, température du sol). D'autres auront une action de type « coup de fouet », (riches en azote), ils s'emploient souvent sous forme d'arrosages à la reprise de la végétation au printemps. Beaucoup seront spécialisés. Ils sont simples d'emploi et se présentent sous la forme de poudre à dissoudre dans l'eau d'arrosage ou de granulés.

• Les engrais traditionnels d'origine minérale : sous cette appellation, on trouve la potasse et les phosphates issus de gisements naturels. On utilise principalement la potasse pour les cultures fruitières et légumières.

• Les engrais organiques : présentes dans certains amendements, tels les fumiers (qui en contiennent près de 30 %), les matières organiques entrant dans la composition des engrais sont nombreuses. On peut citer, la corne torréfiée, le sang desséché, la poudre d'os, les algues, les tourteaux de soja décomposés. A la différence des engrais chimiques et minéraux, les effets des matières organiques ne sont pas immédiats car ils doivent être décomposés par les bactéries pour pouvoir être assimilables par les végétaux.

• Les engrais verts : inadaptés à la culture des bonsaïs dans leur état brut. Consistant à semer des légumineuses ou fourragères (moutarde, les lupins blancs, le trèfle violet, les pois et les radis fourragers, …) qui vont enrichir la terre en humus et en azote par enfouissement dans le sol.

Hormis les engrais verts et les engrais « universels » faiblement dosés, il est possible de trouver des produits spécifiques issus des 3 premières catégories :

• Engrais pour agrumes : ils vont contenir plus de phosphore, de potasse et de nombreux oligo-éléments. On les utilise pour améliorer la production fruitière.

• Engrais anti-mousse : utilisés massivement pour les pelouses, ces engrais combinent du sulfate de fer et de l'azote. Ne pas utiliser pour les bonsaï.

• Engrais pour conifères : ces engrais se présentent souvent sous forme de granulés qu'il faut enfouir par un griffage léger à l'aplomb de la ramure. Ils sont fortement dosés avec des formules allant de 10-10-10 à 20-20-20. La forte quantité de potasse renforce les défenses immunitaires. Utilisables pour les bonsaï, mais pas par les débutants, compte tenu des valeurs très élevées en NPK de ces engrais.

• Engrais insecticides : on les utilise conjointement à un semis pour lutter contre les attaques de vers ou de larves dans le sol. Je vous les déconseille car ils contiennent des substances dangereuses qui sont en train d'être retirées de la circulation comme le lindane ou la roténone. Par ailleurs, il existe assez de produits naturels pour s'en passer !

• Engrais pour orchidées : Très faiblement dosés (3-4-5) pour éviter de brûler les racines

• Engrais pour plantes vertes : Lesquels se présentent sous forme de bâtonnets ou de liquide concentré. Ils sont assez faiblement dosés et sont généralement déclinés en engrais pour plantes vertes, pour plantes fleuries et insecticides. Le dernier ne sert à rien, il existe assez d'insecticides biologiques pour s'en passer (Bacillus thurigensis, pyrhètres).

• Engrais reverdissant : il combine du chélate de fer pour lutter contre la chlorose et des éléments fertilisants. On l'utilise sur les rosiers et les espèces acidophiles comme les hortensias, les rhododendrons et les azalées. Mais si vous prenez soin de faire des apports de terre de bruyère au pied des arbres acidophiles, un simple produit anti-chlorose suffira.

• Engrais pour rosiers : A fuir, car ils sont trop fortement dosés en azote et attirent les pucerons. Ils contiennent généralement beaucoup de magnésium pour renforcer les couleurs et la résistance aux maladies.

Il existe bien en outre tous les engrais dit "bonsaï" sous forme de pâte ou de boulettes à décomposition lente ou liquide à effet plus rapide. Généralement, ils sont très peu dosés et spécifiés en fonction des saisons ou espèces.

Mise en garde : La réalisation d'engrais maison à partir d'éléments atomiques isolés par des personnes n'ayant pas une sérieuse formation en chimie est vivement déconseillée. Certains mélanges dont je tais volontairement la formulation, peuvent produire par réaction des émanations toxiques d'acide nitrique ou sulfurique ou encore un mélange détonant, (l'affaire AZF en est un bon exemple).

Pour compléter mon propos sur les fertilisants et engrais, j'ajoute quelques précisions sur le rôle des oligo-éléments.

Les oligo-éléments (ainsi sont appelés les éléments chimiques qui représentent une masse inférieure à 1 mg/kg) sont une classe de nutriments (éléments minéraux purs) nécessaires à la vie de tout organisme sur Terre, mais en quantités très faibles. Les oligo-éléments sont absorbés en très faibles quantités, de l'ordre de quelques grammes à quelques centaines de grammes par hectare.

Les quantités d’oligo-éléments assimilées par les plantes sont infimes par rapport à celles des éléments fertilisants majeurs que sont l’azote, le phosphore, le potassium, le calcium et le magnésium, mais leur rôle dans la nutrition globale de la plante est cependant cruciale, notamment dans les réactions d'oxydo-réduction du système enzymatique des plantes (photosynthèse, fixation de l'azote, réduction des nitrates dans la plante, etc.).

Les teneurs des sols pour les oligo-éléments dépendent essentiellement des teneurs des roches mères. Cependant, ces teneurs globales ne sont pas représentatives des quantités réellement disponibles pour les végétaux. La matière organique, ainsi que le pH jouent un rôle important dans la disponibilité de ces éléments.

L'absorption des oligo-éléments est très influencée par les interrelations avec les autres éléments nutritifs, mais aussi avec les autres oligo-éléments. Les espèces ont des exigences différentes et, au sein même d'une espèce, elles varient en fonction des variétars.

Les quantités nécessaires à la croissance des plantes étant très faibles, les seuils de toxicité sont très proches des seuils de carence et le bonsaïka doit raisonner ses apports en oligo-éléments.

Les oligo-éléments possèdent une toxicité pour l'organisme lorsqu'ils sont présents à des taux trop élevés. L'effet d'un oligo-élément dépend de la dose d'apport. Lorsque l'oligo-élément est dit essentiel, l'absence, comme un apport excessif, sont létaux.

Les apports en oligo-éléments et les corrections des carences en oligo-éléments se feront en fonction des exigences de l'espèce concernée, de la disponibilité de l'élément dans le sol. Ils dépendront également de la forme du produit utilisé, (organique, minérale, chélatée,...) et du mode d'apport, (au sol ou en foliaire).

En botanique, les principaux oligo-éléments sont, par ordre alphabétique :

Bore : Le bore joue un rôle important dans la structure des parois cellulaires, la fructification et le développement des graines. Il intervient également dans la synthèse des protéines et dans le métabolisme des glucides. La toxicité au bore peut se produire en cas de surdosage. La toxicité se manifeste sur les feuilles par des taches jaunes de toutes formes, ponctuations, stries ou marbrures. Elle peut entraîner une nécrose des tissus commençant d’ordinaire à la pointe et sur la bordure des vieilles feuilles. Dans des conditions de carence grave, les symptômes peuvent s’étendre à toute la plante.

Cuivre : Le cuivre joue un rôle dans la production de la chlorophylle. Il peut aussi contribuer à tenir certaines maladies en échec. La carence en cuivre est un phénomène surtout constaté chez les plantes cultivées en sol organique (terre noire). La biodisponibilité du cuivre peut être diminuée dans les sols sablonneux grossiers très pauvres en matière organique et dans les sols organiques. Elle diminue quand le pH du sol augmente.

Fer : Le fer est indispensable à formation de la chlorophylle, à la respiration des végétaux et à la synthèse de certaines protéines. La carence en fer se manifeste d’abord par le jaunissement des jeunes feuilles entre leurs nervures qui, elles, restent vertes, sauf dans les cas extrêmes. Il n’existe pas de corrélation nette entre la teneur du sol en fer et l’absorption du fer par la plante ou la réaction de celle-ci à un apport de fer. L’analyse de tissus végétaux est un indicateur plus fiable de la biodisponibilité du fer. Les facteurs qui ont été associés à la carence en fer sont des déséquilibres extrêmes de ce métal avec d’autres métaux comme le molybdène, le cuivre ou le manganèse. Une teneur en phosphore excessive dans le sol peut aussi contribuer à des problèmes d’assimilation du fer. Dans les sols qui sont pauvres en matière organique ou lorsqu’un pH élevé, un taux de chaux élevé, l’humidité et la froideur du sol se combinent, les espèces sensibles peuvent montrer des symptômes de carence en fer.

Manganèse : Le manganèse intervient dans la photosynthèse et la production de la chlorophylle. Il aide à activer les enzymes intervenant dans la distribution des régulateurs de croissance dans la plante. La carence en manganèse se manifeste par un jaunissement internervaire chez les jeunes feuilles. Le vert du limbe pâlit progressivement tandis qu’il devient plus foncé le long des nervures. La toxicité au manganèse peut se produire dans les sols à pH faible. Elle fait apparaître des petites taches brunes ou des taches jaunes plus larges et marbrées à la pointe et sur le pourtour des feuilles. Les symptômes de toxicité se manifestent d’habitude sur les vieilles feuilles. Les petites taches brunes peuvent aussi apparaître sur les nervures, les pétioles et les tiges. La biodisponibilité du manganèse est maximale dans un sol à pH compris entre 5,0 et 6,5. Des amendements de manganèse au sol peuvent être utiles pour les sol sableux acides (à pH bas). Toutefois, pour les sols alcalins calcaires (à pH élevé) et les terres organiques, les pulvérisation foliaires sont souvent plus efficaces que les épandages au sol. Il est donc important de ne pas chauler plus que nécessaire pour corriger l’acidité du sol. La disponibilité du manganèse diminue dans les sols très riches en matière organique. Si une carence en manganèse est confirmée, les pulvérisations doivent commencer avant que les plantes aient atteint le tiers de leur développement. Deux ou trois pulvérisations peuvent être nécessaires à 10 jours d’intervalle.

Molybdène : Le molybdène joue un rôle important dans le métabolisme de l’azote à l’intérieur de la plante. Il intervient dans la fixation de l’azote chez les légumineuses. Il joue aussi un rôle dans la viabilité du pollen et la production des graines. Les premiers symptômes de la carence en molybdène s’apparentent à ceux de la carence en azote ou en soufre. Les plants carencés se rabougrissent et manquent de vigueur. On observe parfois un brunissement du pourtour des feuilles. La disponibilité du molybdène s’élève de pair avec le pH du sol. Dans les sols acides, elle peut donc s’améliorer avec des chaulages. Des carences peuvent aussi se produire dans les sols qui manquent d’eau.

Zinc : Le zinc joue un rôle important dans les premiers stades de développement des plantes et dans la formation des graines. Il intervient également dans la synthèse de la chlorophylle et des glucides. Le zinc est relativement immobile dans la plante. Les symptômes de carence se manifestent en premier sur les feuilles les plus jeunes, sous forme de taches marbrées, de chlorose internervaire, de bandes ou de stries. Les carences en zinc s’observent le plus souvent dans les sols sablonneux qui ont un pH élevé. Des doses élevées de phosphore peuvent aggraver les carences en zinc. L’indice de la biodisponibilité du zinc est fonction de la teneur en zinc et du pH du sol.

Sauf à de rares exceptions, les métaux ne sont jamais présents à l'état d'ions libres dans un organisme. Leur absorption, leur transport, ainsi que leur stockage et leur mode d'action, sont conditionnés par la liaison à une protéine.

On distingue deux types de liaisons possibles :

• liaisons ioniques (métaux alcalins ou alcalino-terreux tels que Sodium, Potassium ou Calcium) : le métal, chargé positivement, se lie à des protéinates très facilement dissociables dont les groupements acides sont chargés négativement ;

• liaisons de coordination : tout oligo-élément métallique est apte à former ainsi des complexes de forme variable avec les protéines. Lorsque les deux éléments sont difficilement dissociables, on parle de métalloprotéines.

Les oligo-éléments peuvent tout d'abord être stockés, en réserve. Lors de leur utilisation proprement dite, ils peuvent subir des réactions d'oxydation de réduction ou de méthylation sous l'influence d'enzymes spécifiques. Leur rôle majeur est toutefois l'incorporation dans des enzymes, au fonctionnement desquels ils sont alors essentiels.

En se liant aux enzymes, les oligo-éléments sont pour la plupart capable de changer la conformation de ces protéines au rôle de catalyseur. La liaison entre un métal et son enzyme (alors appelée apoenzyme) est généralement très spécifique du métal pour un enzyme donné. Un oligo-élément ainsi lié à une enzyme a un comportement de cofacteur enzymatique, indispensable au bon fonctionnement de l'enzyme.

Certains oligo-éléments entrent également dans la structure des vitamines, comme le Cobalt intégré à la vitamine B12. Ils n'ont alors pas directement une action de cofacteur, mais sont indispensables à la composition d'un coenzyme organique.

Dans le règne végétal, les oligo-éléments sont capables de se lier à des apoenzymes pour former des hétéroenzymes catalysant la plupart des réactions vitales du métabolisme végétal (respiration, transport d'énergie, photosynthèse, etc.). Par exemple, l'un des rôles importants du fer est de permettre la fabrication de la chlorophylle.

Certains oligo-éléments participent de manière indirecte à la constitution des signaux hormonaux par une action de coenzyme lors de la synthèse de l'hormone. Toutefois, les oligo-éléments peuvent intervenir directement dans le signal hormonal, que ce soit en participant à la structure moléculaire de l'hormone, à sa conformation spatiale ou encore en agissant au niveau du récepteur hormonal. Ils peuvent alors faciliter ou au contraire inhiber la reconnaissance de l'hormone par son récepteur.


Petit complément pratique :

L'apport d'oligo-éléments permettant de combattre la chlorose ferrique (fréquente en hiver avec les subtropicaux) peut prendre deux formes :
- en plaçant dans une bouteille d'eau d'un litre un clou et du fil de cuivre pendant une semaine. Puis après avoir secoué énergiquement la solution, arroser l'arbre avec 4 fois de suite :
- en apportant du gluconate de fer et du gluconate de cuivre (oligo-éléments, Laboratoire Labcatal en pharmacie). Il faut verser le contenu de 2 ampoules de fer et 2 ampoules de cuivre dans 15 cl bière blonde pure, 4 fois maximum. Il est possible de poursuivre le traitement, pendant 15 jours avec le mélange 1/3 bière blonde et 2/3 eau.

Le gluconate de fer et de cuivre sont des médicaments humains, fortement dosés, très efficaces sur les végétaux. Dans sa formulation gluconate, le fer et le cuivre sont associés à de glucose qui se dégrade très vite et se transforme en éléments directement assimilables par la plante.

Chez l'homme l'association oligo-élément et glucose (sucre) sert à protéger les oligo-éléments des sucs gastriques acides. Comme les plantes n'ont pas d'estomac, la solution est directement assimilable.

Cette technique est très efficace en hiver sur les ficus, et les subtropicaux.
Revenir en haut Aller en bas
mat77
Angiosperme
Angiosperme
mat77

Nombre de messages : 1482
Age : 35
Localisation : seine et marne
Date d'inscription : 15/08/2011

il faut sauver mon mauguier! - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: il faut sauver mon mauguier!   il faut sauver mon mauguier! - Page 3 EmptyVen 10 Fév 2012 - 22:31

cette solution conviendrait-elle? : 8(N) 10(P2O2) 10(K2O)
sinon j'ai aussi de l'engrais pour agrume: 5(N) 4(P) 9 (K) 3(MG)
car je 'est vraiment pas de fer!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



il faut sauver mon mauguier! - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: il faut sauver mon mauguier!   il faut sauver mon mauguier! - Page 3 EmptyVen 10 Fév 2012 - 22:46

As-tu la composition de l'azote ?
Revenir en haut Aller en bas
mat77
Angiosperme
Angiosperme
mat77

Nombre de messages : 1482
Age : 35
Localisation : seine et marne
Date d'inscription : 15/08/2011

il faut sauver mon mauguier! - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: il faut sauver mon mauguier!   il faut sauver mon mauguier! - Page 3 EmptyVen 10 Fév 2012 - 22:53

c'est a dire?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



il faut sauver mon mauguier! - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: il faut sauver mon mauguier!   il faut sauver mon mauguier! - Page 3 EmptyVen 10 Fév 2012 - 22:58

Organique (tourteaux de soja, vinasse de betterave, ...) ou chimique (ammoniac, acide uréïque, ...) ?
Revenir en haut Aller en bas
mat77
Angiosperme
Angiosperme
mat77

Nombre de messages : 1482
Age : 35
Localisation : seine et marne
Date d'inscription : 15/08/2011

il faut sauver mon mauguier! - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: il faut sauver mon mauguier!   il faut sauver mon mauguier! - Page 3 EmptyVen 10 Fév 2012 - 23:05

c'est pas marquer!! mais je suppose que 'est chimique ! c'est marquer contient du sulfate d'ammoniac!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



il faut sauver mon mauguier! - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: il faut sauver mon mauguier!   il faut sauver mon mauguier! - Page 3 EmptyVen 10 Fév 2012 - 23:12

Tu peux jeter cette cochonnerie. Trouve de l'engrais organique bio Marques : Naturen, CP jardin, solabiol bio, Or brun, Géolia (Leroy-Merlin) ... et achète de la chélate de fer et de l'oxyde de magnésium rapidement.

Pour l'engrais organique, selon le titrage NPK, il faudra doubler les doses par rapport à ce qui est prescript.
Revenir en haut Aller en bas
mat77
Angiosperme
Angiosperme
mat77

Nombre de messages : 1482
Age : 35
Localisation : seine et marne
Date d'inscription : 15/08/2011

il faut sauver mon mauguier! - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: il faut sauver mon mauguier!   il faut sauver mon mauguier! - Page 3 EmptyVen 10 Fév 2012 - 23:17

sinon j'ai du fumier de cheval! je sais pas si c'est bon!
Revenir en haut Aller en bas
Tropicaldream
Administrateur
Tropicaldream

Nombre de messages : 2908
Age : 48
Localisation : Nozay / Essonne / France
Date d'inscription : 07/05/2008

il faut sauver mon mauguier! - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: il faut sauver mon mauguier!   il faut sauver mon mauguier! - Page 3 EmptyVen 10 Fév 2012 - 23:33

C'est ça que tu appelles une petite réponse Séquoia roule .
En tout c'est très intéressant, mais en lisant tout ça une question me vient à l'esprit.
Dans la nature pourquoi les plantes ne sont quasiment jamais carencées alors qu'elles n'ont pas d'engrais. La nature est-elle si bien faite que tout est dispo dans le sol au bon moment et en quantité et qualité nécessaires ? scratch

_________________
Dans la vie on a toujours le choix même si c'est un choix difficile
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



il faut sauver mon mauguier! - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: il faut sauver mon mauguier!   il faut sauver mon mauguier! - Page 3 EmptyVen 10 Fév 2012 - 23:51

Je vais répondre par ordre aux questions :

Fumier de cheval NPK 8,2-3,2-9, c'est très bien pour amender un terre franche afin de produire des légumes. Pour les plantes en pot, il faut qu'il soit très très décomposé. Personnellement, j'éviterais pour un engrais dont la formule est stable et contrôlée.

Sur les questions de carence. Il y a moins de carences dehors dans la nature dans la mesure où l'apport de lumière est beaucoup plus important. Mais si ce manguier était placé sous une ampoule plein spectre 12 heures par jour, il n'aurait pas de carence.

Par ailleurs, il y a du fait des échanges cationiques induits par le délitement de la roche-mère, de l'humus sous l'effet des eaux pluviales toujours beaucoup plus de micro-nutriments dans le sol que dans un pot, même rempli de bon terreau.

Revenir en haut Aller en bas
Tropicaldream
Administrateur
Tropicaldream

Nombre de messages : 2908
Age : 48
Localisation : Nozay / Essonne / France
Date d'inscription : 07/05/2008

il faut sauver mon mauguier! - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: il faut sauver mon mauguier!   il faut sauver mon mauguier! - Page 3 EmptySam 11 Fév 2012 - 0:02

Mais alors si je suis bien ton raisonnement, si la lumière est suffisante et si on laisse se décomposer dans le pot tout ce que perd la plante avec le temps (écorce branches et feuilles mortes) en une sorte de cycle fermé on devrait pouvoir maintenir la plante en vie indéfiniment. N'importe quoi !
Mon raisonnement ne tient pas car la plante grandit et si elle grandit elle a besoin de plus de nutriments, sinon il faut déposer un brevet car on vient de créer une plante qui produit plus de carburant qu'elle n'en consomme. Je suis un Boulet

_________________
Dans la vie on a toujours le choix même si c'est un choix difficile
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



il faut sauver mon mauguier! - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: il faut sauver mon mauguier!   il faut sauver mon mauguier! - Page 3 EmptySam 11 Fév 2012 - 0:25

Tu me permettras de ne rien ajouter aux contradictions que tu as toi-même relevées ! roule

Les végétaux sont des usines chimiques qui tirent des sels minéraux dans le sol, les transportent via la sève brute jusqu'aux feuilles. La photosynthèse permet de tirer de l'azote et de l'oxygène de l'air des réserves de sucres élaborés qui vont permettre de former du bois et qui seront de nouveau stockés dans les racines.

En pot, les éléments nutritifs s'épuisent en 2 ans et doivent être renouvelés.
Revenir en haut Aller en bas
Tropicaldream
Administrateur
Tropicaldream

Nombre de messages : 2908
Age : 48
Localisation : Nozay / Essonne / France
Date d'inscription : 07/05/2008

il faut sauver mon mauguier! - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: il faut sauver mon mauguier!   il faut sauver mon mauguier! - Page 3 EmptySam 11 Fév 2012 - 0:33

Seulement 2 ans c'est court comme délai. J'aimerais bien connaitre comme toi les besoins des plantes, ça m'éviterait de me poser des tonnes de question dans les jardineries mais aussi chez moi quand je ne comprends pas pourquoi une plante s'étiole.

_________________
Dans la vie on a toujours le choix même si c'est un choix difficile
Revenir en haut Aller en bas
Tropicaldream
Administrateur
Tropicaldream

Nombre de messages : 2908
Age : 48
Localisation : Nozay / Essonne / France
Date d'inscription : 07/05/2008

il faut sauver mon mauguier! - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: il faut sauver mon mauguier!   il faut sauver mon mauguier! - Page 3 EmptySam 11 Fév 2012 - 0:43

Il y a une discussion en cours sur le litchi ici
Qu'est-ce que tu en penses, je parle de la raison de la mort prématurée des plants de litchi ? Les gens décrivent toujours la même chose, dessèchement progressif des feuilles (de la pointe vers le tronc) arrêt de la croissance et mort de l'arbre. Les raisons invoquées dans la discussion te paraissent réelles ou tout le monde se trompe et c'est encore une histoire de manque de lumière qui entraine une chlorose etc...
As-tu déjà expérimenté le litchi personnellement ?

_________________
Dans la vie on a toujours le choix même si c'est un choix difficile
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



il faut sauver mon mauguier! - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: il faut sauver mon mauguier!   il faut sauver mon mauguier! - Page 3 EmptySam 11 Fév 2012 - 9:57

Je vais lire en détail le sujet. Les Sapindaceae sont des végétaux plutôt costauds. Les conditions de culture sont vraisemblablement en cause.

Concernant la chlorose, c'est toujours la résultante d'une carence. La connaissance du primitif n'est pas toujours aisée.
Revenir en haut Aller en bas
Tropicaldream
Administrateur
Tropicaldream

Nombre de messages : 2908
Age : 48
Localisation : Nozay / Essonne / France
Date d'inscription : 07/05/2008

il faut sauver mon mauguier! - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: il faut sauver mon mauguier!   il faut sauver mon mauguier! - Page 3 EmptyDim 12 Fév 2012 - 18:08

Séquoia a écrit:
Tu peux jeter cette cochonnerie. Trouve de l'engrais organique bio Marques : Naturen, CP jardin, solabiol bio, Or brun, Géolia (Leroy-Merlin) ... et achète de la chélate de fer et de l'oxyde de magnésium rapidement.

Pour l'engrais organique, selon le titrage NPK, il faudra doubler les doses par rapport à ce qui est prescript.

Séquoia tu peux me dire si cet engrais est valable ou si c'est une cochonnerie ?

il faut sauver mon mauguier! - Page 3 Img_0010

_________________
Dans la vie on a toujours le choix même si c'est un choix difficile
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



il faut sauver mon mauguier! - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: il faut sauver mon mauguier!   il faut sauver mon mauguier! - Page 3 EmptyDim 12 Fév 2012 - 18:26

C'est écrit. Azote ammoniacal, Azote nitrique, Anhydride phosphorique . Tu n'as que de la chimie là-dedans. Je regarde le fabricant Henkel ! Sur une plante fragile ou affaiblie, c'est risqué. C'est dommage car l'association de micro-nutriments est intéressante. A réserver aux caoutchoucs, ficus et plantes résistantes.
Revenir en haut Aller en bas
Tropicaldream
Administrateur
Tropicaldream

Nombre de messages : 2908
Age : 48
Localisation : Nozay / Essonne / France
Date d'inscription : 07/05/2008

il faut sauver mon mauguier! - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: il faut sauver mon mauguier!   il faut sauver mon mauguier! - Page 3 EmptyDim 12 Fév 2012 - 18:38

Merci, connais-tu alors une marque qui serait recommandable et complète comme cette chimie (association NPK+ oligo éléments+Chélates) ?

_________________
Dans la vie on a toujours le choix même si c'est un choix difficile
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



il faut sauver mon mauguier! - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: il faut sauver mon mauguier!   il faut sauver mon mauguier! - Page 3 EmptyDim 12 Fév 2012 - 19:17

Concernant les marques bio tu trouves : Naturen, CP jardin, le jardin biologique, Solabiol.

Sinon, il y a un vieux produit que j'aime bien c'est le Solugène. J'utilise cela depuis 30 ans : http://www.naturen.fr/index.php?rub=les-produits&page=9

Tu peux surdoser, surconcentrer, le produit ne brûle pas les racines (Je l'ai même utilisé pur une fois sur un Séquoia et un Taxodium). Avec des ammonitrates comme avec ton produit, il suffit que tu appliques l'engrais en période d'élévation de température supérieure à 26°C et tu as une libération d'acide nitrique corrélative. Sur un arbre fragile, c'est la fin.

A la limite, je préfère nettement l'Osmocote qui lui est 100 % chimique. Mais la résine de la coque permet une libération lente et progressive du produit, ce qui évite les risques de brûlures.
Revenir en haut Aller en bas
mat77
Angiosperme
Angiosperme
mat77

Nombre de messages : 1482
Age : 35
Localisation : seine et marne
Date d'inscription : 15/08/2011

il faut sauver mon mauguier! - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: il faut sauver mon mauguier!   il faut sauver mon mauguier! - Page 3 EmptyDim 12 Fév 2012 - 22:02

pour en revenir a mon manguier je possterai des photos demain.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



il faut sauver mon mauguier! - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: il faut sauver mon mauguier!   il faut sauver mon mauguier! - Page 3 EmptyDim 12 Fév 2012 - 22:30

Ok, Je la verrai mardi car je rentre en France ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
Tropicaldream
Administrateur
Tropicaldream

Nombre de messages : 2908
Age : 48
Localisation : Nozay / Essonne / France
Date d'inscription : 07/05/2008

il faut sauver mon mauguier! - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: il faut sauver mon mauguier!   il faut sauver mon mauguier! - Page 3 EmptyDim 12 Fév 2012 - 22:36

Séquoia a écrit:
Concernant les marques bio tu trouves : Naturen, CP jardin, le jardin biologique, Solabiol.

Sinon, il y a un vieux produit que j'aime bien c'est le Solugène. J'utilise cela depuis 30 ans : http://www.naturen.fr/index.php?rub=les-produits&page=9

Tu peux surdoser, surconcentrer, le produit ne brûle pas les racines (Je l'ai même utilisé pur une fois sur un Séquoia et un Taxodium). Avec des ammonitrates comme avec ton produit, il suffit que tu appliques l'engrais en période d'élévation de température supérieure à 26°C et tu as une libération d'acide nitrique corrélative. Sur un arbre fragile, c'est la fin.

A la limite, je préfère nettement l'Osmocote qui lui est 100 % chimique. Mais la résine de la coque permet une libération lente et progressive du produit, ce qui évite les risques de brûlures.

Merci salut je vais voir ce que je trouve sous ces marques

_________________
Dans la vie on a toujours le choix même si c'est un choix difficile
Revenir en haut Aller en bas
mat77
Angiosperme
Angiosperme
mat77

Nombre de messages : 1482
Age : 35
Localisation : seine et marne
Date d'inscription : 15/08/2011

il faut sauver mon mauguier! - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: il faut sauver mon mauguier!   il faut sauver mon mauguier! - Page 3 EmptyLun 13 Fév 2012 - 17:53

desoler mais mon hebergeur pour mes photo ne marche pas
comment faire pour mettre une photo sans heberger?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



il faut sauver mon mauguier! - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: il faut sauver mon mauguier!   il faut sauver mon mauguier! - Page 3 EmptyLun 13 Fév 2012 - 18:08

Lorsque tu ouvres un post, tu as des icônes en haut avec une disquette Héberger une image et à côté à droite une icone Image. Tu cliques sur l'icone héberger une image, tu la charge. Puis tu copie le lien. Tu colles le lien dans la fenêtre Image et tu valides. Hormis la pub, cela fonctionne très bien.
Revenir en haut Aller en bas
mat77
Angiosperme
Angiosperme
mat77

Nombre de messages : 1482
Age : 35
Localisation : seine et marne
Date d'inscription : 15/08/2011

il faut sauver mon mauguier! - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: il faut sauver mon mauguier!   il faut sauver mon mauguier! - Page 3 EmptyLun 13 Fév 2012 - 18:19

[img]il faut sauver mon mauguier! - Page 3 Imgp4815[/img]


MERCI sequoia!


[img]il faut sauver mon mauguier! - Page 3 Imgp4816[/img]

voila les photos du malade!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




il faut sauver mon mauguier! - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: il faut sauver mon mauguier!   il faut sauver mon mauguier! - Page 3 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
il faut sauver mon mauguier!
Revenir en haut 
Page 3 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arbres tropicaux / Tropical trees :: Physiologie des plantes / Plants physiology :: La Clinique-
Sauter vers: